Reprise de l’atelier Les mondes de l’aide internationale, EHESS Paris

L’atelier « Les mondes de l’aide internationale » (MAI) reprend. Ce semestre ce sont Marion Péchayre (postdoctorante à la Fondation Maison des Sciences de l’Homme) et Aurore Viard Crétat (postdoctorante à l’ISCC) qui organiseront et animeront les séances qui auront lieu les mardis 23 février, 22 mars, 19 avril et 24 mai entre 14h30 et 17h30 au bâtiment Le France, 190-198 av de France, Paris 13e.

L’atelier se veut être un espace d’interconnaissance, de professionnalisation et d’échanges ouvert aux masterant.e.s, doctorant.e.s et jeunes docteur.e.s travaillant sur l’aide humanitaire et l’aide au développement, quelles que soient leurs disciplines et institutions de rattachement. Sur un plan scientifique, il a vocation à nous permettre de mettre en discussion nos problématiques, terrains et outils (conceptuels, méthodologiques ou techniques), de progresser dans nos enquêtes, dans l’analyse de nos données et dans la communication de nos résultats.

Les séances sont divisées en deux temps : celui d’une intervention d’un.e jeune chercheur.e (2 heures) et celui d’une discussion autour de l’actualité scientifique, de nos lectures, d’enjeux de professionnalisation…

La prochaine séance de l’atelier aura donc lieu mardi 23 février de 14h30 à 17h30 – salle 015, bât. Le France, 190-198 av de France, Paris 13e.

Monique J. Beerli (Sciences Po Paris-CERI, Université de Genève) présentera une communication intitulée :

« Saving Lives Should Not Cost Lives » : La socio-genèse de la sécurité humanitaire et l’inversement de l’éthique humanitaire

En voici un bref résumé :
Depuis les années 1990, les organisations humanitaires commencent à obliger leur personnel à suivre des formations relatives à la sécurité avant leur départ pour le terrain. Cette précaution s’accompagne également d’analyses des risques, de plans de sécurité et de stratégies de « protection » et de « deterrence ». Ces pratiques, formalisées et semi-standardisées dans tout l’espace humanitaire, sont le fait d’un nouveau groupe professionnel de conseillers, de gestionnaires et d’experts en « sécurité humanitaire ». Dans le cadre de mes recherches doctorales, cette communication propose une sociogenèse de ce nouveau savoir professionnel dans l’espace humanitaire, qui conduit à un inversement de l’éthique universaliste de la profession humanitaire.

Vous êtes les bienvenu.e.s.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *