Soutenance de thèse – Marie Saiget

Le 23 juin 2017, Marie Saiget (CERI-IEP Paris) a soutenu sa thèse intitulée :

Programmes internationaux et politisation de l’action collective des femmes dans l’entre-guerres. Une sociologie des interventions sur le genre et les femmes au Burundi (1993-2015).

Le jury était composé de :

– Mme Ioana Cîrstocea, Chargée de recherche HDR, CNRS-CESSP, Rapporteure
– M. Jean-Gabriel Contamin, Professeur des universités, Université Lille II, Examinateur
– Mme Devon Curtis, Senior Lecturer, University of Cambridge, Examinatrice
– M. Guillaume Devin, Professeur des universités, IEP de Paris, Directeur de thèse
– M. Philippe Lavigne Delville, Directeur de recherche, IRD, Examinateur
– M. Franck Petiteville, Professeur des universités, IEP de Grenoble, Rapporteur

Résumé :

Les organisations internationales (OI) portent une attention croissante à la thématique « femmes, paix et sécurité » depuis une vingtaine d’années. Cette recherche vise à mieux comprendre les modalités concrètes des interventions des OI dans ce domaine ainsi que leurs effets sur les dynamiques sociales et politiques de mobilisation des femmes en contexte d’entre-guerres. La thèse discute la perspective à la fois critique et experte des effets des programmes internationaux en proposant une sociologie des interventions déployées sur la thématique du « genre » au Burundi (1993-2015). En s’appuyant sur une enquête documentaire et de terrain menée au Burundi entre 2012 et 2014, elle contextualise dans une première partie la construction des interventions du point de vue des normes, des pratiques et des relations entre les acteurs. Elle étudie dans une deuxième partie la socialisation des acteurs individuels intervenants aux savoirs diffusés par les programmes internationaux. Dans une troisième partie, elle analyse les processus de politisation dont certains enjeux, pratiques et sujets de l’action collective des femmes font l’objet. La thèse défend une interprétation dynamique du processus de politisation. De par leurs effets problématiques sur la socialisation des acteurs, les interventions déployées sur le genre participent à la politisation de l’action collective des femmes. Cette politisation place les OI face à une impasse car ces tendances échappent au cadre d’intervention qu’elles peuvent effectivement porter. Contrairement au constat de la dépolitisation formulé par les études critiques, la thèse montre que cette impasse entretient plutôt qu’elle n’altère la politisation en cours.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *