Séance inaugurale dans le cadre des 1ères rencontres annuelles d’ethnographie de l’EHESS

Le projet d’un atelier mensuel de doctorant.e.s et jeunes chercheur.e.s sur les Mondes de l’aide internationale est né de nos frustrations lors de l’organisation d’un panel dans le cadre des Premières Rencontres Annuelles d’Ethnographie de l’EHESS. Nous avons souhaiter continuer sur notre lancée, donner la parole à plus de chercheur.e.s et approfondir nos échanges.

Voici le programme de ce panel initial. Vous pouvez trouver l’appel à communication, le résumé des interventions et le programme général des Rencontres Annuelles d’Ethnographie de l’EHESS sur le site web :  rae.hypotheses.org

Ethnographier les mondes de l’aide internationale,
le 6 novembre de 9h à 12h

Terrains saturés, injonction à saisir la chaîne de l’aide des lieux de production aux points d’impact, connexions innombrables et infinies, profusion théorique et méthodologique depuis le global turn des sciences sociales… Dans ce contexte, cet atelier vise à questionner, à partir d’études de cas, la manière dont on peut circonscrire, réaliser et exploiter un terrain ethnographique quand on travaille aujourd’hui sur l’aide internationale.

 

Intervenant.e.s :

Jean-François Carémel (CERMES 3-INSERM et LASDEL, Niamey) :
“Une ethnographie des mondes de l’aide dans un sachet de 92 grammes”

Marion Péchayre (SOAS, Londres) :
“Ethnographie en contexte “dangereux” : au plus près de la mise à distance”

Giulia Scalettaris (Laboratoire d’anthropologie urbaine, IIAC-EHESS, Paris) :
“D’une bureaugraphie multi-située du HCR à une anthropologie critique du gouvernement des réfugiés”

Ces interventions seront discutées par Laëtitia Atlani-Duault (Institut de recherche pour le développement)

L’atelier est coordonné par Jade Legrand (LAIOS-IIAC / Centre Marc Bloch) et Camille Al Dabaghy (IRIS).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.