E. Rambaud, Médecins sans frontières, sociologie d’une institution critique, Paris, France: Dalloz, 2015.

Présentation éditeur :

Médecins Sans Frontières est la première ONG d’aide médicale d’urgence internationale. Ces french doctors se distinguent par une intense activité critique interne et externe. Cette sociologie de MSF a pour objectif de comprendre comment ses acteurs ont institutionnalisé un ensemble de critiques, lesquelles et pour quels effets.
Ce livre donne des clefs de compréhension d’une ONG centrale mais en définitive peu étudiée : ses missions fondatrices, ses techniques originales de projection, son positionnement dans les principales crises politiques et/ ou sanitaires depuis les années 70, le rôle de ses intellectuels et d’une figure comme Rony Brauman, la gouvernance de cette (véritable) anarchie organisée et, plus largement, sa position d’avant garde.
En réconciliant l’institution et la critique, il propose surtout d’analyser la vie terrestre de cette activité. C’est banal mais c’est l’originalité de ce livre. Il éclaire les points aveugles d’un sens commun savant faisant de la critique une pure affaire d’idées arrachée à l’ordinaire des rapports sociaux et de force – « on ne peut être juge et partie ». Il démontre que cette pratique peut être comprise comme n’importe quelle pratique. C’est peut-être moins inquiétant qu’il y paraît d’un point de vue militant et c’est indispensable de notre point de vue – sociologique.
Croisant sociologie des relations internationales, du militantisme et de la critique tout en dialoguant avec la philosophie, ce livre s’appuie sur des archives, entretiens et observations de type ethnographique issus d’une enquête de terrain prolongée.

SOMMAIRE

Introduction générale.
Chapitre introductif. Faire la sociologie d’une institution critique.
Partie I. La construction d’une position d’avant- garde.
Chapitre 1. « Etre les premiers et le rester ».
Chapitre 2. La « grammaire » : la théorie critique de la pratique associative.
Chapitre 3. Le tsunami : un magistral coup critique.
Partie II. L’institutionnalisation de la critique.
Chapitre 4. Le dispositif spécialisé : des hommes et une configuration critique
Chapitre 5. Le morcelé institutionnel : un terreau riche pour la critique
Partie III. Les effets de l’institutionnalisation de la critique.
Chapitre 6. Le jeu du rappel à l’ordre : dynamiques et figures de la critique.
Chapitre 7. Composer avec le cens critique : attentes et adaptations critiques
Epilogue. L’ordinaire des crises internes : cycles opérationnels et critiques.
Conclusion. L’extériorité de la critique est celle d’un fait social.

Rambaud, E., 2015. Médecins sans frontières: sociologie d’une institution critique, Paris, France: Dalloz, 2015.

Source ici


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.