I. Guérin, La microfinance et ses dérives Emanciper, discipliner ou exploiter ?

Présentation éditeur :

Hier d’inspiration réformatrice, la micro-finance nourrit aujourd’hui une idéologie néolibérale, patriarcale et moraliste, portée par un capitalisme «social» et des économistes comme Esther Duflo. Les pauvres, et en premier lieu les femmes, sont perçus comme des entrepreneurs et consommateurs créatifs et responsables, ou des malades à soigner, impulsifs et irrationnels. Microcrédit, micro-épargne et éducation financière seraient des recettes miracles permettant l’épanouissement du potentiel entrepreneurial et l’émancipation par la consommation, ou la canalisation de tentations impulsives et la rationalisation des comportements.

Les enquêtes menées dans diverses régions du monde montrent les dérives et les désillusions de la micro-finance. Une vision politique de la pauvreté et du marché permet de dépasser les impasses des idéologies dominantes. Des formes alternatives et solidaires d’épargne et de crédit ouvrent la perspective de réinventer la richesse, la solidarité et la lutte contre les dominations et les inégalités.

Isabelle Guérin, La microfinance et ses dérives. Emanciper, discipliner ou exploiter ?, Demopolis, 2015, 291 p., ISBN : 978-2-35457-049-1.

Compte-rendu d’Alexia Blin sur lectures. revues.org.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.