CFP L’accès à l’eau en Afrique : vers de nouveaux paradigmes ?

L’accès à l’eau en Afrique : vers de nouveaux paradigmes ? Vulnérabilité, exclusion, résiliences et nouvelles solidarités

Accessing Water in Africa: emerging paradigms between risks, resiliences and new solidarities

Conférence Internationale, Paris, 4-5-6 Juillet 2016

(english version here : https://eauenafrique.wordpress.com/)

Près de 40 ans après la conférence sur l’eau des Nations Unies de Mar del Plata en 1977, et plus de 20 ans après la conférence internationale sur l’eau et l’environnement de Dublin de 1992, ce qui avait été présenté comme « le modèle mondial de gestion de l’eau » a montré ses limites. Ses trois piliers (la gestion intégrée des ressources en eau – GIRE, les partenariats public-privé et la marchandisation de la ressource en eau) ont tous montré leurs insuffisances lorsqu’ils ont été appliqués dans des territoires où les configurations hydro-sociales étaient très différentes de celles des pays du nord où ils avaient été pensés.

A l’heure du bilan pour le moins contrasté des Objectifs du Millénaire MDG sur l’eau en Afrique, il n’existe plus aujourd’hui de modèle global « de remplacement » pour répondre aux défis liés à l’accès à l’eau sur le continent. Des recherches récentes montrent au contraire l’émergence de nouvelles conditions diversifiées d’accès à la ressource, qui reposent parfois sur des formes de solidarités anciennes ou émergentes, et qui intègrent les configurations hydro-sociales locales.

L’objectif de cette conférence est d’explorer, à partir de situations concrètes fondées sur des données empiriques récentes, ces formes nouvelles d’organisation, et de voir dans quelle mesure elles pourraient apporter des solutions alternatives aux nombreux problèmes actuels liés à l’accès inégal à l’eau.

Il s’agirait ici d’interroger les directives liées aux différentes politiques nationales et au cadre international au sein duquel elles sont conçues d’une part, et les processus d’appropriation et de gestion de l’eau par les acteurs locaux d’autre part. Alors que ces questions sont le plus souvent étudiées de façon sectorielle, nous souhaitons ici privilégier des approches transversales à travers quatre thèmes, qui recoupent à la fois des questions théoriques et qui répondent à des problématiques spécifiques posées par la gestion de l’eau sur le continent.

Cette conférence s’appuie sur deux réseaux de recherche déjà très bien structurés dans la COMUE Paris-Lumière, le réseauP8 et le réseauP10 dont sont responsables respectivement B. Casciarri et D. Blanchon.

Les propositions de communication (500 mots maximum) à l’adresse suivante : africawater2016@gmail.com, avant le 30 septembre 2015.

Les communications devront s’intégrer dans les quatre thématiques suivantes.

Thème n°1 : Compétitions, conflits et coopérations autour de l’accès et des usages de l’eau.

La compétition pour l’accès à l’eau ne cesse de croître : partout les usages se diversifient, les besoins en eau augmentent et les nouvelles techniques telles que les forages permettent d’utiliser des ressources plus lointaines. De nouvelles situations et rapports à l’eau émergent, perturbant les relations de domination et donc de partage de l’eau, et ce à toutes les échelles, des grands bassins internationaux aux « échanges » d’eau entre voisins. Il faut alors décrypter les différentes formes d’enchâssement (embeddedness) de l’eau dans les sociétés, et de voir comment elle devient source de compétitions, de conflits ou de coopérations.

Accès et gestion de l’eau comme ressource relèvent de dispositifs dynamiques de gestion à plusieurs niveaux, objets de ponctuelles qui reflètent les clivages sociétaux. Par dispositif, nous entendons non seulement les modalités institutionnelles ou organisationnelles par lesquelles passent l’accès à la ressource et la gestion de la ressource mais également les perceptions et les systèmes de valeur qui fondent, ou non, leur légitimité.

Mots clés : enchâssement, hydropolitique, cycles hydrosociaux, dispositifs de gestion.

Thème n°2 : Echelles et modalités de la gestion de l’eau

Après la conférence de Dublin (1992), de nombreux pays africains ont adopté la gestion par bassin versant, présentée comme le cadre territorial idéal pour régler les problèmes liés à l’eau. Ce choix n’est pas « neutre » politiquement, et propose une justification hydro-écologique pour la gestion. Mais dans le même temps, il correspond à des logiques et des modèles de développement particuliers, qui tentent de rompre avec les politiques sectorielles mises en place précédemment.

Dans de nombreux cas, ce mode de gestion paraît difficile à mettre en œuvre et inadapté, comme l’ont montré de nombreux articles académiques. Il s’agit alors de voir comment peuvent s’organiser des modalités de gestion de l’eau en Afrique à d’autres échelles territoriales, ou suivant d’autres logiques Et comment les pays et les populations s’adaptent ou non à ces différentes politiques, qui entraînent une redéfinition de la gestion locale de l’eau par un processus de dialogue et/ou de confrontations entre les acteurs traditionnels (Etat, experts, collectivités locales) et de nouveaux acteurs (groupes sociaux, mouvements associatifs ou société civile, et secteur privé).

Ce thème s’insère dans les débats actuels sur le choix de gestion « par bassin » ou « par problème » (watershed/problemshed) et sur celui de la spatialisation des politiques publiques ainsi que les luttes entre acteurs pour le contrôle de l’eau (« scalar policies and politics »).

Mots clés : GIRE, Watershed/problemshed, échelles, territoires.

Thème n°3 : Faire face aux incertitudes et aux risques

Les sécheresses et inondations qui touchent le continent africain sont bien sûr liées au fonctionnement des hydrosystèmes marqués par une forte variabilité climatique, que ce soit dans les régions méditerranéennes, sahéliennes ou en Afrique australe. Ces hydrosystèmes sont également fortement modifiés par les diverses solutions techniques choisies (endiguement, barrage, canaux ou tout infrastructure empêchant l’eau de s’écouler ou de s’infiltrer). Choix techniques qui eux-mêmes sont dépendants des financements étrangers ou nationaux (que ce soient les investisseurs, les bailleurs et les IFI ou les ONG) mais aussi des « instabilités politiques ». A plus long terme, des incertitudes face au changement climatique doivent être prises en compte dans la gestion des hydrosystèmes. On assiste ainsi à une coalescence des risques et incertitudes dans des « complex emergencies », pour lesquelles par exemple le lien énergie/alimentation/climat doit être considéré.

Pour faire face à la variabilité climatique, des modèles de gestion de l’eau, parfois très élaborés ont été conçus. Mais leur pertinence est limitée sans une prise en compte des vulnérabilités et de la résilience des populations locales qui ont développé leurs propres stratégies pour faire face ou contourner les risques de sécheresse et d’inondation.

Mot-clés : Complex emergencies, changement climatique, food-water-energy nexus, résilience.

Thème n°4 : Justice et injustices dans l’accès à l’eau.

L’accès à l’eau est à juste titre présenté comme un des principaux défis du continent africain, en retard sur les objectifs du Millénaire (2000-2015). Souvent envisagé sous l’angle très restrictif des statistiques de l’accès minimal à l’eau et à l’assainissement ou du coût de l’eau, sans prendre en compte le droit à l’eau, cette question concerne également la question du partage de l’eau dans les zones agricoles, avec le problème de l’accès à l’eau d’irrigation et à la terre. Dans les zones rurales en effet, les questions de l’eau et du foncier sont intimement liées, que ce soit dans les zones irriguées traditionnelles ou dans les processus actuels d’accaparement de terres, qui s’accompagnent souvent de l’accaparement des ressources en eau.

Cette question de la justice (et des injustices) dans l’accès à l’eau est plus complexe qu’il n’y paraît. Cela demande une analyse poussée des « habitudes de vie » et du rapport à l’eau des populations et recoupe évidemment des questions communes avec la notion de justice environnementale (justice procédurale, justice environnementale) ou celle de justice spatiale, mais aussi des interrogations propres au domaine de l’eau. Nous souhaiterions ici examiner les questions : quelle justice pour quelles eaux ? et quelle justice pour quels acteurs ?

Souvent la notion de justice (entendue par le droit, la participation et la solidarité) est limitée à une partie du cycle de l’eau qui fait l’objet de « démocratie participative » à l’échelle locale, le reste étant hors du contrôle des populations. De même, la question de la juste répartition des eaux se pose avec acuité entre des populations éloignées, par exemple personnes affectées par un barrage et les bénéficiaires du projet dans les grandes villes, à l’heure du « retour » de la grande hydraulique en Afrique.

Mots clés : justice environnementale; accès à l’eau et à l’assainissement accaparement de terres et de l’eau, droit à l’eau.

Pour tout renseignement complémentaire, le site web de l’événement :

https://eauenafrique.wordpress.com/


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.