Soutenance de thèse d’Aurore Viard-Crétat

Aurore Viard-Crétat, membre du Centre Alexandre Koyré – EHESS, soutient sa thèse de doctorat en études sociales des sciences et des techniques. Elle s’intitule :

La déforestation évitée. Socio-anthropologie d’un nouvel ‘or vert’.

Entre lutte contre le changement climatique et aide au développement, du laboratoire guyanais à l’expertise forestière au Cameroun

La soutenance se tiendra mercredi 4 novembre à 14h au centre Alexandre Koyré (salle de conférences, 5ème étage), 27 rue Damesme, Paris 13ème.

Composition du jury :

  • Amy  Dahan  –  Directrice  de  recherche  émérite,  CNRS-CAK (Directrice de thèse)
  • Marc Hufty  –  Professeur, IHEID-Graduate institute de Genève (Rapporteur)
  • Alain Karsenty  –  HDR, Cirad (Rapporteur)
  • Maya Leroy  –  Docteur, ingénieur de recherche, AgroParisTech (Examinatrice)
  • Dominique  Pestre  –  Directeur  d’études, EHESS (Examinateur)
  • Moïse Tsayem Demaze  –  HDR, Université du Maine (Examinateur)

Résumé :

Fondé sur l’idée de lutter contre la déforestation par des compensations financières via les marchés carbone, le dispositif Redd+ a généré une nébuleuse d’initiatives de préparation, renouvelant l’agenda international forestier. Ma thèse croise une approche d’études sociales des sciences et l’anthropologie du développement pour interroger les dynamiques qui sous-tendent ce succès diplomatique. Premièrement, une généalogie de la question forestière comme problème global décrit les racines politiques et techniques du paysage institutionnel actuel et du cadrage opéré par le Redd+. Puis une étude multi-sites analyse les enjeux récents du Redd+ à la lumière des réseaux transnationaux d’expertise et des métrologies, dispositifs matériels, standards administratifs, technologies sociales et registres discursifs qui les accompagnent. Les pratiques de quantification du carbone forestier en Guyane sont examinées pour mettre à jour les enchevêtrements matériels, sociaux et politiques entre recherche scientifique et coopération internationale. Le processus complexe de préparation du Cameroun en vue d’un programme de la Banque mondiale montre ensuite le décalage entre la rhétorique d’innovation associée au Redd+ et les facteurs d’enrôlement d’acteurs et d’institutions aux priorités divergentes. Finalement, on analyse l’articulation entre d’une part, l’imbrication des pratiques de savoirs dans les enjeux politiques du développement, et d’autre part, leur rôle paradoxal de dépolitisation de ces enjeux. Plus qu’un outil innovant contre la déforestation et le changement climatique, le Redd+ apparaît comme une promesse dont le succès repose sur sa capacité à renouveler le système d’aide au développement, tout en ancrant l’économie verte comme principal projet politique de réconciliation entre environnement et développement.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.