AAC : Cancers et maladies chroniques « négligées » au Sud

Appel à communications :  Cancers et maladies chroniques « négligées » au Sud : politiques et terrains de la santé globale

Journée d’études organisée par le groupe des jeunes chercheurs  « Cancer et SHS »

Date et lieu : vendredi 5 février 2016 au Cermes 3, 7 rue Guy Môquet, Villejuif

Organisation : Nils Graber (Cermes 3), Marie-Cécile Frieden (CEPED, Université de Neuchâtel) et Meriem M’Zoughi (CREA, Université Lyon2)

Depuis les années 1990, la santé internationale a connu un « tournant global » caractérisé à la fois par la multiplication des acteurs non gouvernementaux (ONG,  fondations philanthropiques, etc.) et la priorité accordée au contrôle des maladies dites « infectieuses et émergentes ». Ces dispositifs globaux, également appuyés et promus par les gouvernements et la coopération bilatérale, ont contribué à endiguer de nombreuses maladies infectieuses, comme en témoigne la gestion de la crise du VIH-Sida, du paludisme ou encore de la tuberculose. Cependant, les maladies chroniques non transmissibles ont occupé un espace marginal dans l’agenda de la santé globale. Les cancers sont un exemple particulièrement manifeste puisqu’ils sont souvent considérés comme des maladies de « pays riches », bien que les taux d’incidence soient en constante augmentation dans les pays à bas et moyens revenus. De plus, dans ces régions du monde, les types de cancer diffèrent, étant souvent liés à des agents pathogènes infectieux. La faiblesse de l’aide internationale concernant les cancers et les maladies chroniques non-transmissibles (diabète, maladies cardiovasculaires, asthme, et autres pathologies caractérisées par une survie relativement longue) en général, nous incite à les considérer comme des maladies « négligées ».

Ce contexte se traduit sur le terrain par des trajectoires de patients caractérisées par des efforts économiques de grande ampleur, engageant les familles et les communautés, en vue d’accéder aux soins de base. En raison des infrastructures parfois extrêmement précaires et du nombre très réduits de médecins spécialisés, la prise en charge est marquée par l’improvisation, les pratiques informelles et la lutte quotidienne contre des pathologies souvent très avancées, faute d’outils diagnostics. Les acteurs recourent généralement à des médecines dites « traditionnelles », en complément des approches biomédicales, ou pour suppléer leur inaccessibilité. Toutefois, en dépit du manque de ressources et de l’isolement, ces pathologies « négligées » sont malgré tout prises en charge au niveau hospitalier dans les termes du paradigme biomédical acquis à travers des circulations et échanges globaux. En effet, en particulier dans le cas de la cancérologie, les normes, savoirs, technologies et protocoles de soins sont standardisés et globalisés, et circulent par des canaux numériques et des acteurs de la santé globale.  La mise en œuvre de ces dispositifs standardisés dans les contextes des pays du Sud mérite donc d’être questionnée.

Cette journée d’études a pour but d’aborder les terrains des maladies chroniques non-transmissibles dans les « Suds », en les resituant dans les politiques de la santé globale, lesquelles ont une importance structurelle, ne serait-ce que par leur absence au regard des autres pathologies qui focalisent l’attention dans ces régions. Il s’agira d’une part, d’interroger l’hypothèse du caractère « négligé » de ces pathologies ; d’autre part, de comparer les terrains de recherche en tenant compte des échelles où les enjeux globaux du cancer et des autres maladies chroniques sont produits et actualisés.

A l’issue de ce questionnement général, nous proposons d’interroger trois niveaux d’analyses :

1) les politiques globales de lutte contre les maladies chroniques au Sud mises en œuvre par des organisations internationales, des ONG ou fondations philanthropiques ;

2) les dispositifs nationaux visant à endiguer ces maladies ;

3) les situations locales renvoyant à des terrains spécifiques (institutions de soins, associations, communautés, etc.).

Sans vouloir réifier ces différents niveaux, nous serons attentifs aux circulations des normes et pratiques et à leurs points d’ancrage dans des contextes spécifiques. Bien que nous privilégions les approches ethnographiques, nous nous voulons ouverts à tous types de travaux, en sciences humaines et sociales et au-delà (santé publique, épidémiologie, etc.) qui puissent contribuer à enrichir cette problématique ainsi qu’à documenter la prise en charge de maladies chroniques non-transmissibles dans les Suds. Par ailleurs, des travaux portant sur des maladies infectieuses interrogeant le caractère « négligé » de ces pathologies et leur association avec des pathologies chroniques pourront être intégrés.

Contact : cancersuds@gmail.com

La journée d’étude est prévue le 5 février 2015 à Villejuif. En raison des cours délais pour mobiliser des financements, les personnes intéressées sont priées de se manifester au plus vite en envoyant un court résumé de leur projet de communication.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.