Soutenance de Olivier Provini

Olivier Provini, membre du laboratoire Les Afriques dans le Monde, doctorant à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, ATER à Sciences Po Bordeaux, soutiendra sa thèse de sciences politiques intitulée :

La circulation des réformes universitaires en Afrique de l’Est

Les politiques de l’enseignement supérieur au regard de la sociologie de l’action publique et de l’Etat

le mercredi 9 décembre, à 14h, à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, UFR de Droit, Economie et Gestion, Amphithéâtre 120.

JURY

  • M. Dominique DARBON, Professeur, Sciences Po Bordeaux
  • M. Patrick HASSENTEUFEL, Professeur, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines / Sciences Po Saint-Germain-en-Laye ; rapporteur
  • M. Hervé MAUPEU, Maître de conférences, Université de Pau et des Pays de l’Adour ; codirecteur de thèse
  • Mme Muriel POISSON, Responsable, Unité de recherche et développement, Institut International de Planification de l’Education / Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture
  • M. Andy SMITH, Directeur de recherche, Fondation Nationale des Sciences Politiques / Sciences Po Bordeaux ; rapporteur
  • M. Christian THIBON, Professeur, Université de Pau et des Pays de l’Adour ; directeur de thèse

RESUME

Les réformes des systèmes d’enseignement supérieur semblent, au Nord comme au Sud, présenter des trajectoires similaires. Alors que la littérature appréhende généralement ces transformations sous l’angle de l’imposition des prescriptions des organisations internationales et des transferts performants de politiques publiques, a fortiori dans des Etats sous régime d’aide, cette thèse en propose une lecture originale. A partir d’une étude de cas de quatre universités publiques d’Afrique de l’Est, les observations empiriques démontrent que, malgré l’existence d’une matrice commune de bonnes pratiques à adopter, les réformes dans les établissements disposent de configurations singulières, ne serait-ce que dans le processus de prise de décision ou dans la mise en œuvre de la politique dite de partage des coûts. Ce travail défend la thèse que ces résultats s’expliquent par l’indissociabilité des politiques publiques et de la trajectoire historique de la formation de l’Etat. Que ce soit la transnationalisation des politiques publiques, leurs configurations ou les mutations sociologiques dans les transferts, l’ensemble ne peut se lire qu’au regard d’une articulation entre la sociologie de l’action publique et la sociologie historique de l’Etat.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.