Soutenance d’Amadou N’Dongo

Amadou N’DONGO, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, soutiendra une thèse de sociologie, intitulée

ONG et Développement en Mauritanie.

De la reproduction d’un modèle étatique « ethnico-tribal » à la production d’une politique de distinction sociale

le lundi 7 décembre 2015 à 14h au Centre Malher, salle 309 situé au 9 rue Malher 75004 Paris.

Jury :

  • M. Etienne Gérard, directeur de recherche IRD, directeur du Centre Population et développement (CEPED), rapporteur
  • Mme Anne Le Naëlou, Maître de conférences en sociologie, directrice de l’Institut d’études du développement économique et social (IEDES), Université de Paris 1 Panthéon Sorbonne
  • M. Mouhamadoul Hady N’diath, Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, Université de Nouakchott
  • M. Abdel W. Ould Cheikh, professeur émérite d’anthropologie et de sociologie, Université de Metz, rapporteur
  • Mme Anne Catherine Wagner, professeur de sociologie, Université de Paris 1 Panthéon Sorbonne, directrice de la thèse.

Résumé

Les ONG semblent devenir des acteurs incontournables dans les pays en développement. Soutenues par les bailleurs du Nord, elles conçoivent et mettent en œuvre des projets de développement intervenant dans quasiment tous les domaines. Une approche participative est de plus en plus mise en avant par les acteurs de ces ONG qui collaborent avec l’Etat dans le cadre d’un partenariat public/privé. Cette thèse qui s’appuie sur une enquête socio-anthropologique cherche à comprendre les interactions entre l’Etat mauritanien, les ONG et les populations dites bénéficiaires de leurs projets. Pour ce faire, j’ai participé, en tant qu’observateur, à la mise en œuvre de deux projets de développement : le premier est conçu en milieu rural par Caritas Mauritanie pour les populations du Sud (Brakna) tandis que le second est mis en œuvre en périphérie urbaine à Sebkha (Nouakchott) par la World Vision. La thèse cherche, d’une part, à connaitre les différents outils et méthodes utilisés par les acteurs des ONG qui se disent « développeurs ». Elle tente d’appréhender, d’autre part, leurs interactions avec les « bénéficiaires » et les différents effets socioéconomiques et politiques de leur intervention dans les sociétés plurielles de la Mauritanie marquées par une histoire mouvementée.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.