Intégration des couches populaires par l’enseignement technique, internationalisation des organisations paysannes : deux résumés de thèse publiés dans Etudes et Documents

Nouvelle livraison d’Etudes et Documents comprenant deux “résumés de thèses préparées au sein du Centre Maurice Halbwachs et soutenues dans les derniers […] présentés par leurs auteurs. Ces textes mettent en évidence la rigueur de la démarche, la solidité de la problématique, la robustesse des résultats et l’ampleur des enjeux sociétaux sous-jacents de chacune de ces recherches.

Gilberto Ramos Iduñate s’est intéressé à l’enseignement technique au Mexique. Si des études ont été menées dans ce vaste pays régi par une structure fédérale, sur l’enseignement supérieur et spécialement l’enseignement technique supérieur, l’enseignement technique moyen avait suscité jusqu’à présent peu d’investigations, alors que l’Etat a largement investi dans ce secteur pour permettre aux couches populaires de poursuivre des études « adaptées » au marché du travail, généralisant ainsi, au moins sur un plan quantitatif, l’accès à la scolarisation. Après avoir brossé un historique éclairant de la question, l’auteur l’examine sur le plan contemporain en analysant la situation dans deux états régionaux très contrastés tant sur le plan économique que social, dans lesquels il a mené des enquêtes approfondies auprès des élèves, des enseignants, des anciens élèves et des employeurs potentiels, en comparant à chaque fois un lycée général et un lycée technique. Il met en lumière que si la figure du technicien intermédiaire est une aspiration forte de la part des lycéens du technique, en général issus des couches sociales les moins favorisées, en particulier dans les zones de faible développement économique, car l’obtention de ce statut professionnel est anticipée comme un moyen de sortir de l’exclusion sociale en menant à la reconnaissance d’une qualification et vers une promotion professionnelle, la réalité est beaucoup plus prosaïque, les employeurs ne semblant pas porter un intérêt particulier à ce diplôme : les jeunes qui en sont porteurs sont en effet mis en concurrence, d’une part, avec des diplômés du supérieur ne trouvant que peu d’emploi dans l’économie formelle, et, d’autre part, avec des jeunes moins formés, mais peu coûteux. L’Etat qui, autrefois, était l’employeur principal des « techniciens intermédiaires », n’est plus aujourd’hui en mesure de leur assurer un poste dans le secteur public.
Etudes et Documents#009 – L’école du peuple

[…]

A contre-courant des idées reçues soulignant le localisme des mouvements paysans, assez souvent associé à une image de passéisme voire d’arriération socio-économique, Delphine Thivet présente une recherche inédite sur une organisation paysanne internationale, La Via Campesina, fondée en 1993 et ne cessant de se développer depuis. Il s’agit d’examiner les logiques sociales à l’œuvre dans cette structure, et notamment l’internationalisation des luttes, en se fondant sur les enjeux spécifiques de ces mouvements les conduisant à élargir leur horizon social et géographique, afin de bénéficier d’une plus vaste audience et de l’attention publique internationale. C’est un nouveau militantisme qui s’élabore à une autre échelle. Trois organisations ont été plus spécialement étudiées : la Confédération paysanne française, le Mouvement des travailleurs ruraux sans terre brésilien et l’Association des cultivateurs du Karnataka en Inde, soit des groupes inscrits dans trois des grandes puissances agricoles mondiales. Mêlant entretiens approfondis et dépouillement d’archives souvent ignorées, l’auteure restitue l’épaisseur historique et sociale de ces groupements et montre que le processus d’internationalisation s’est construit en coalisant des organisations paysannes dominées dans leurs propres pays, afin d’obtenir la prise en compte de leurs intérêts, en acquérant progressivement une représentativité transcendant les frontières. Aujourd’hui La Via Campesina rassemble 200 millions de paysannes et de paysans dans le monde.”

Etudes et Documents#008 -Le travail d’internationalisation des luttes : le cas de La Vía Campesina.

Ce texte de présentation a été écrit par André Grelon, Florence Kerdonkuff et Pierre Brchard, diffusé sur la liste ancmsp. J’ai coupé un paragraphe sur une thèse non directement liée à la thématique de ce carnet.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.