Prochaine séance atelier MAI // Clara Egger // 24 mai

La prochaine séance de l’atelier “Les mondes de l’aide internationale”  aura lieu le 24 mai 2016 de 14h30 et 17h30 au bâtiment Le France, salle 015, 190-198 av de France, Paris 13e.

Clara Egger, doctorante en sciences politiques à l’Université Grenoble Alpes, ATER à Sciences Po Grenoble et chercheuse associée à la chaire Raoul Dandurand en études stratégiques présentera une communication intitulée :

“If you can’t beat them, organize them ? Analyse des déterminants et des effets de la réforme humanitaire onusienne de 2005”

Résumé:

L’histoire de l’aide humanitaire est marquée, dès son institutionnalisation au XIXème siècle, par une tension entre la vision d’un humanitaire apolitique et d’une politique humanitaire, relevant de l’action étrangère des États. Cette tension a largement contribué à façonner le système et les acteurs humanitaires tels que nous les connaissons aujourd’hui, alimentant de nombreuses typologies sur le rapport des ONG au politique au sens large et à la politique étrangère de leur Etat d’origine en particulier. L’année 2005 marque toutefois un tournant dans les équilibres internationaux caractérisant l’action humanitaire. La réforme humanitaire onusienne, consacre, au nom d’un impératif d’efficacité, la prépondérance d’une aide humanitaire, conditionnelle – sur les plans géographiques, sectoriels, et politiques et donne un rôle central aux acteurs gouvernementaux et intergouvernementaux sur la définition de ses objectifs et de ses modes opératoires. Paradoxalement ce changement majeur reste peu analysé et documenté dans ses déterminants et ses effets. De quoi la réforme humanitaire est-elle le nom ? Quels rôles ont joué les États dans sa définition ? Quels sont ses effets sur les ONG humanitaires et plus largement sur la façon dont l’aide humanitaire est fournie en zone de crise ? Sur la base d’un cadre analytique croisant économie politique internationale et science politique et de données originales, cette contribution analyse les motifs de la réforme humanitaire, ses dynamiques et la façon dont les ONG y ont réagi.

La dernière séance de l’année sera la suivante:

14 juin 2016 : Céline Ségalini (chercheure associée à LAM, Sciences Po Bordeaux) : “Le pouvoir de la Banque mondiale ou la maîtrise du temps: le cas de la conception d’un projet de gestion environnementale au Sénégal”

Pour rappel:

L’atelier se veut être un espace d’interconnaissance, de professionnalisation et d’échanges ouvert aux masterant.e.s, doctorant.e.s et jeunes docteur.e.s travaillant sur l’aide humanitaire et l’aide au développement, quelles que soient leur discipline et institution de rattachement. Sur un plan scientifique, il a vocation à nous permettre de mettre en perspective de nos problématiques, terrains et outils (conceptuels, méthodologiques ou techniques), de progresser dans nos enquêtes, dans le traitement et l’analyse de nos données, dans la communication de nos résultats.

Les séances sont divisées en deux temps : celui d’une intervention d’un.e jeune chercheur.e (2 heures) et celui d’une discussion autour de l’actualité scientifique, de nos lectures, d’enjeux de professionnalisation…

Au plaisir de vous y retrouver!

Camille Al Dabaghy, Marion Péchayre et Aurore Viard-Crétat


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.