AAC L’éducation dans le monde (post)colonial. Acteurs, paradigmes, circulations 1880-1980

Voici un appel à contributions pour le colloque international “Shaping Education in the (Post)Colonial World: Actors, Paradigms, Entanglements (1880s-1980s) » qui se tiendra à l’université de Lausanne le 14-16 septembre 2017.

Les résumés des communications, en anglais ou en français (300 mots max.), ainsi qu’un court CV (10 lignes maximum), doivent  parvenir au plus tard le 1 décembre 2016 à l’adresse :  shapingeducation2017@gmail.com

(English below)

APPEL A CONTRIBUTIONS

L’éducation dans le monde (post)colonial.
Acteurs, paradigmes, circulations
1880-1980

Conférence internationale
Université de Lausanne, Suisse
14-16 septembre 2017

Organisation: Damiano Matasci (Université de Lausanne), Miguel Bandeira Jeronimo (Université de Coimbra-Université Catholique Portugaise), Hugo Gonçalves Dores (University of Coimbra-Catholic University of Portugal)

Cette conférence propose d’examiner les politiques éducatives élaborées par les acteurs internationaux et impériaux dans le monde (post)colonial au cours du XXe siècle. Si l’historiographie s’est depuis longtemps intéressée à la place de l’éducation dans la « mission civilisatrice » du colonialisme dès le XIXe siècle, des études récentes ont également souligné son rôle dans les projets de « mise en valeur » et d’« exploitation rationnelle » des territoires extra-métropolitains. Pendant la période l’entre-deux-guerres, et surtout après la Deuxième Guerre mondiale, l’accès au savoir et la lutte contre l’analphabétisme furent en effet étroitement liés au développement économique et social des espaces coloniaux, tout comme au processus de construction nationale des territoires qui acquirent leur indépendance dans les années 1950 et 1960. Malgré le récent renouveau des recherches portant sur l’histoire globale de l’éducation, de l’humanitaire et du développement, relativement peu de travaux se sont focalisés sur la vaste gamme de projets éducatifs visant la modernisation économique, sociale et politique des pays du Sud. Menés par une multitude d’acteurs, ceux-ci jouèrent notamment un rôle central dans le façonnement des doctrines et des plans de développement de la deuxième moitié du XXe siècle. Afin de combler cette lacune, la conférence souhaite réunir des contributions basées sur des recherches empiriques explorant les relations complexes entre acteurs, discours et pratiques éducatives d’une part et politiques de « développement » en Asie et en Afrique d’autre part. Plus précisément, nous proposons d’analyser ce problème à partir de trois perspectives complémentaires :

Enjeux et paradigmes

Le premier objectif de cette conférence est d’analyser les doctrines et les paradigmes éducatifs spécifiquement pensés pour des contextes coloniaux ou postcoloniaux. Dès la période de l’entre-deux-guerres, plusieurs labels furent élaborés dans le but de fournir un enseignement approprié aux besoins et aux spécificités des territoires coloniaux ou « sous-développés » (à l’instar de l’éducation adaptée, de la mass education ou de l’éducation de base), la plupart incluant des formes d’enseignement technique, agricole et professionnel. L’élévation des niveaux de vie des populations indigènes fut d’ailleurs l’un des objectifs proclamés des entreprises éducatives mises en place en Afrique et en Asie au XXe siècle, tout en servant souvent d’outils pour légitimer de domination politique et sociale. Une attention particulière sera accordée aux acteurs individuels et collectifs qui élaborèrent de nouveaux paradigmes (experts, missionnaires, philanthropes, fonctionnaires) ainsi qu’aux espaces institutionnels ou informels par lesquels des nouvelles idées circulèrent entre et par-delà les frontières nationales (conférences internationales et impériales, administrations coloniales, réseaux et associations privées).

Projets et politiques

Le deuxième objectif de la conférence est d’étudier le rôle joué par l’éducation dans le cadre de la vaste gamme de politiques visant à la modernisation des colonies et des pays « sous-développés », depuis les premiers projets impériaux au début du XXe siècle jusqu’à la mise en place des programmes internationaux et bilatéraux d’aide au développement après la Deuxième Guerre mondiale. En se penchant sur l’action des administrations impériales, des organisations internationales (Société des Nations, Bureau international d’éducation, UNESCO, Organisation internationale du Travail, etc.), des organismes religieux (sociétés missionnaires, Vatican, Conseil œcuménique des Eglises, etc.), des ONG (Save the Children, réseaux féministes, mouvements de jeunesse, etc.) et des pays socialistes, la conférence souhaite explorer les manières dont les régions « sous-développées » du monde devinrent une arène de projets en compétition. Les interactions entre ces différents acteurs sur fond de rivalités inter-impériales ou encore des tensions de la Guerre froide et de la décolonisation, ainsi que l’émergence de nouvelles stratégies géopolitiques (comme la coopération intercoloniale), seront particulièrement mises en exergue.

Impacts et appropriations

Cette conférence souhaite enfin œuvrer comme une plateforme de discussion pour évaluer le rôle des acteurs indigènes et l’impact des politiques éducatives internationales et impériales dans différents contextes nationaux, régionaux et locaux. Elle a pour ambition d’ouvrir un espace de réflexion sur les problèmes méthodologiques liés à la réception et aux appropriations des idées et des modèles pédagogiques en fonction de cadres géographiques et politiques en évolution. La conférence pourra ainsi améliorer notre compréhension des limites, de la portée et des significations changeantes du « droit à l’éducation » dans les espaces extra-européens, et plus particulièrement dans le monde colonial et postcolonial.

Modalités de soumission

Nous encourageons des soumissions de chercheur-e-s issu-e-s de l’ensemble des disciplines des sciences humaines et sociales, et nous accorderons une attention particulière aux propositions venant de doctorant-e-s et de jeunes postdoctorat-e-s. Les résumés des communications, en anglais ou en français (300 mots max.), ainsi qu’un court CV (10 lignes maximum), doivent nous parvenir au plus tard le 1 décembre 2016. Les notifications d’acception seront communiquées en janvier 2017. Les langues de travail de la conférence seront le français et l’anglais.

Avant la conférence et afin de faciliter le débat, les participants enverront un papier d’environ 6000 mots qui sera distribué aux discutants. Une publication sous forme de volume collectif et/ou numéro spécial de revue est également prévue.

Le transport et l’hébergement des participants seront pris en charge, totalement ou partiellement, en fonction des résultats des demandes de subventions

Adresse pour l’envoi des propositions : shapingeducation2017@gmail.com

Shaping Education in the (Post)Colonial World:
Actors, Paradigms, Entanglements
1880s-1980s

International conference
University of Lausanne, Switzerland
14-16 September 2017

Convenors: Damiano Matasci (University of Lausanne), Miguel Bandeira Jeronimo (University of Coimbra), Hugo Gonçalves Dores (University of Coimbra-Catholic University of Portugal)

This conference will examine the wide range of educational policies that have been elaborated upon by international and imperial actors in the (post)colonial world throughout the 20th century. If a large body of scholarly work has demonstrated that since the 19th century education has been one of the keystones of colonialism’s “civilising mission”, more recent studies have also showed its prominent role in the “mise en valeur” and “rational exploitation” of extra-metropolitan territories. Indeed, during the interwar period and most notably after the Second World War, the access to education and the struggle against illiteracy were strongly connected with the economic and social development of the colonial world, as well as with the nation-building of the countries that gained independence in the 1950s and 1960s. Despite the current renewal of studies focusing on global histories of education, development and humanitarianism, surprisingly little has been said about the role of international and imperial educational projects aimed at fostering the economic, social and political modernisation of “Global South” countries, some of them playing a pivotal part in post-war development doctrines and plans. To fill this gap, this conference invites innovative and empirically based contributions discussing the relationship between “development” and 20th-century educational actors, discourses and practices in Asia and Africa. More precisely, we would like to analyse this problem from three broader and intertwined perspectives:

Issues and Paradigms

The first aim of the conference is to highlight the elaboration of pedagogical doctrines and paradigms specifically designed for colonial or postcolonial contexts. Since the interwar period, many labels have emerged in order to provide appropriate teaching content and methods in colonial or “underdeveloped” areas, such as “mass”, “adapted” and “fundamental” education. Most of them included special forms of vocational, technical and rural training. The raising of living standards of native people was one of the main declared goals of international and imperial educational enterprises in Asia and Africa during the 20th century, often serving as a legitimising tool for political and social domination. Particular attention will be given to the individuals and collective actors who have forged new paradigms (experts, missionaries, philanthropists, colonial servants) as well as to the institutional or informal spaces where ideas and models have circulated across national borders (international/imperial forums and conferences, colonial administrations, private networks and associations).

Projects and Policies

The second aim of this conference is to analyse the role that education has played in relation to the large array of policies aimed at modernising colonies and “underdeveloped” countries, from the very first imperial projects that attempted to raise living and labour standards at the beginning of the 20th century to the international and bilateral development aid programs established in the aftermath of the Second World War. Looking at imperial administrations, international organisations (League of Nations, International Bureau of Education, UNESCO, International Labour Organisation, etc.), religious bodies (Missionary societies, Holy See, World Council of Churches, etc.), NGO’s (Save the Children, women’s associations, youth movements, etc.) and socialist countries, the conference will shed light on the ways “underdeveloped” regions became an arena of competitive projects. Conflicts and clashes between global actors on the backdrop of inter-imperial rivalries, Cold War and decolonisation, as well as the establishment of new geopolitical strategies (such as intercolonial cooperation), will be particularly emphasised.

Impacts and Appropriations

This conference will finally act as a forum where scholars can attempt to assess the role of indigenous actors and the impact of international and imperial educational policies in various local, national and regional contexts. We hope to open a space of research that deals with the methodological problems related to the reception and the appropriation of pedagogical ideas and models in different geographical and political settings. This approach could thereby improve our understanding of the limits, the scope and the shifting meanings of the “right to education” in extra-European spaces, and more particularly in the colonial and postcolonial world.

Submission and Timeline

We encourage submissions from researchers in disciplines across the humanities and social sciences, and we will pay particular attention to proposals from doctoral students and early post-doctoral scholars. Paper proposals in English or French (300 words max.), along with a short biography (10 lines max.), should reach us by December 1 2016 at the latest. Acceptance/rejection will be notified in January 2017. The conference languages are English and French.

Prior to the conference, participants are expected to submit a paper of up to 6,000 words, which will be pre-circulated to discussants and among all presenters. A publication is planned in the form of an edited book and/or a special issue in an academic journal.

The transportation and accommodation of participants may be taken in charge by the conference’s budget, partly or totally, in the case where financial conditions allow it.

Please send abstracts to: shapingeducation2017@gmail.com

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.