AAC – « Développement » ? Alternatives au « Développement » ? – Revue Périphérie

« Développement » ? Alternatives au « Développement » ?
Appel à contribution, PERIPHERIE, numéro 150/151 (date de parution Août
2018)

Le développement a été interprété de multiples façons : dans les sciences sociales occidentales, à partir du 19ième siècle au plus tard, le concept signifie le changement des sociétés, des modes de production et du niveau technologique selon un modèle précis. Il se base sur des préconceptions interdépendantes, notamment que les sociétés industrialisées de l’Europe Occidentale et de l’Amérique du Nord soient à la tête de l’évolution mondiale, que toute autre société doit être remodelée « rationnellement » tenant compte du savoir de certains experts et que les économies et pays « moins industrialisés » soient dans un état de rattrapage. Pendant l’époque coloniale, ces idées étaient appliquées aux sociétés colonisées, ce qui résultait dans une idéologie déclarant que celles ci doivent être « développées » par l’extérieur et non par soi-même.

A partir du milieu du 20ième siècle, un bon nombre d’experts, d’organisations, de minis-tères et de volontiers émergeait autour du slogan de « développement » avec le but de « déve-lopper » les régions et les sociétés du Sud. Dans ce contexte, les « projets de développement » prennent diverses formes : construction d’infrastructures routières, médicales et scolaires, pro-grammes d’augmentation de la productivité agricole, participation politique et élévation des taux d’alphabétisation des femmes, mesures de protection de la biodiversité, distribution de médicaments contraceptifs etc. A la Fin du 20ième siècle, de plus en plus de mouvements féministes, anticoloniaux, anti-mondialistes s’engagent dans une critique de ce mode de pensée, la révélant ainsi en tant qu’idéologie euro-centrique, légitimant les rapports de domination, dépolitisant la réflexion sur l’inégalité sociale et représentant les sociétés comme des unités homogènes, et écartant, par ce biais, l’importance des contextes transnationaux d’un système économique mondial à caractère colonial. Le discours « post-développementaliste », par exemple, ne voit aucun avenir pour le « développement » et exige des alternatives, qu’il repère dans les stratégies de communautés indigènes et de mouvements de base du Sud s’organisant contre les « projets de développement ». A un
misérable processus d’appauvrissement dépendant de la logique capitaliste d’échange monétaire et commercial, ceux ci proposent un mode de vie modeste orienté à la suffisance. Le mouvement « Buen Vivir » d’Amérique Latine est au premier plan de ce discours, des conceptions similaires peuvent être retrouvées dans tous les coins du monde.

En dépit de cette critique, l’idée de « développement » signifie, pour beaucoup de gens du Sud comme autre part, un meilleur avenir. Cependant, il n’existe pas de définition unitaire : élites gouvernementales, groupes indigènes et travailleurs, entrepreneur.e.s dans les TIC
émergentes, vendeur.e.s ambulant.e.s, directeur.ice.s de la Banque Mondiale ou militant.e.s dans les ONG ont souvent des visions très différentes sur ce que représente une « société meilleure » et comment l’atteindre. D’une part, le terme de « développement » peut produire des malentendus productifs, d’autre part, il peut être à la base d’une idéologie camouflant les conflits sociaux. En tant que référence positive ou redéfini en termes plus souhaitables, il offre un dénominateur commun pour la collaboration d’acteurs disparates – ce qui n’exclue pas la potentialité de frictions pouvant entraîner l’un.e ou l’autre au renoncement définitif du « développement ».

Mais si nous ne voulons pas parler de « développement », de quoi s’agit il alors : d’une mondialisation équitable ou d’une autonomie locale, de la redistribution des richesses, de l’abolition du capitalisme, des biens publics à l’échelle globale, de l’établissement d’un monde solidaire et hospitalier ? A quoi pourrait ressembler un « Buen Vivir pour tous » ? Que faire du constat, que des conceptions alternatives comme Buen Vivir ou Ubuntu sont elles-mêmes en danger d’instrumentalisation ? Comment séparer analytiquement le changement octroyé du changement positif et des objectifs sociaux équitables, ce qui renvoie, finalement, aux questions du pouvoir politique, des relations de classes, des relations internationales et des conflits ?

Dans cette édition de PERIPHERIE, nous nous intéressons à cette multitude d’interprétations du concept de « développement » et demandons quelles pourraient être ses alternatives. Cepen-dant, nous voulons « penser le monde à partir des marges ». Car pour nous, il s’agit moins de présenter différentes perspectives théoriques, pratiques et critiques, que de rendre visibles les perspectives d’acteur.ice.s moins privilégié.e.s et marginalisé.e.s dans le contexte postcolonial capitaliste.

En vue de représenter un grand panorama de perspectives, nous privilégions des contributions du Sud (max 20.000 signes), qui seront discutés dans le comité éditorial. Certains articles seront évalués anonymement par deux expert.e.s.

Pour cette édition, nous souhaitons des articles sur les thèmes suivants :

  • Ambiguïté de la notion de « développement » en tant que chance
  • « Développement » de quoi, pour qui, par qui ?
  • Appropriation subversive des interprétations hégémoniques de « développement »
  • Buen Vivir ? Une alternative conceptuelle au « développement » ?
  • Traduction ou l’intraduisibilité des conceptions indigènes pour une vie sociale
  • Néocolonialisme développementaliste, incapacitation par les experts de développement, abolition ou transformation de la coopération pour le développement?
  • Coopération Sud-Sud comme stratégie décoloniale ?
  • En fuite du « développement » ou fuite pour le « développement » ?
  • Solidarité internationale, mouvements sociaux et modes de domination dans la société civile
  • Incohérences de la politique Nord-Sud (politique agricole, politique étrangère, politique de commerce, d’armement, de développement)
  • Concurrence régionale et nationale pour le « développement »

Nous vous demandons de nous envoyer vos articles jusqu’au 4 septembre 2017
à l’adresse info@zeitschrift-peripherie.de. Vous trouvez nos instructions aux auteurs (en allemand et en anglais) sous http://www.zeitschrift-peripherie.de

Télécharger l’appel à contribution en français : 201702 CfP_Développement_Alternatives-au-Développement ou en anglais : 201702 CfP_Development_Alternatives-to-Development.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *