Soutenance de thèse – Mathilde Allain

Le 09 décembre 2016, Mathilde Allain a soutenu une thèse en science politique, intitulée :

Défendre le territoire : la construction de solidarités internationales par les organisations paysannes colombiennes

à Bordeaux , dans le cadre de Ecole Doctorale Sociétés, Politique, Santé publique (SP2) (Bordeaux) , en partenariat avec Centre Émile Durkheim – Science politique et sociologie comparatives (Pessac, Gironde).

La thèse était dirigée par Antoine Roger et Sylvie Ollitrault.

Le jury était composé de :

  • David GARIBAY, Professeur à l’Université Lyon 2- Rapporteur
  • Xabier ITÇAINA, Directeur de recherche au CNRS, Centre E. Durkheim, Bordeaux, président du jury
  • Sandrine LEFRANC, Chargée de recherche au CNRS, ISP, Paris-Ouest Nanterre
  • Gilles MASSARDIER, Maître de conférences HDR à l’Université Lyon 2 / CIRAD Montpellier- Rapporteur
  • Sylvie OLLITRAULT, Directrice de recherche au CNRS, CRAPE, Rennes- Co-directrice de thèse
  • Denis PESCHE, Directeur de recherche au CIRAD, Art-DEV, Montpellier
  • Antoine ROGER, Professeur à Sciences Po Bordeaux- Co-directeur de thèse

Résumé
Dans le conflit colombien, qui a fait naître différentes formes de solidarités et a suscité l’intervention de nombreux acteurs internationaux, les paysans que nous avons rencontrés ne se contentent pas d’attendre une solidarité venue d’ailleurs. Réunis en collectifs, ces acteurs locaux cherchent à défendre leur territoire et à proposer d’autres formes de développement. C’est la rencontre entre ces organisations paysannes et différents acteurs de la solidarité internationale qui est au coeur de cette thèse. Pour mieux comprendre comment les paysans construisent ces solidarités, nous proposons de croiser sociologie des mobilisations et sociologie de la solidarité internationale. À partir d’une comparaison et d’un terrain au plus près de deux organisations paysannes, nous postulons que cette solidarité est le résultat de construits sociaux et le produit de rencontres entre acteurs internationaux et locaux à des moments particuliers. Nous analysons ainsi la manière dont les paysans conçoivent et définissent ces relations avec des interlocuteurs internationaux, et comment ils tentent de faire valoir leurs revendications. Les leaders paysans se (ré)-approprient en effet des causes dites« globales », les transforment et adaptent leurs savoirs pour se mobiliser tant aux niveaux local et international que, de manière incontournable, au niveau national.L’internationalisation de leur cause n’apparaît ainsi pas comme une fin en soi pour ces acteurs locaux, mais comme une manière de redéfinir leur place en Colombie.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.