Fanny Chabrol, Prendre soin de sa population. L’exception botswanaise face au sida.

Parution : Fanny Chabrol, Prendre soin de sa population. L’exception botswanaise face au sida, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, coll. « Le (bien) commun », 2014, 230 p.

Présentation de l’éditeur :

Au début des années 2000, le Botswana est le pays au monde qui connaît le plus haut niveau de séroprévalence du VIH. Dans ce pays qualifié d’exception en Afrique, pour son développement économique et son régime démocratique, la mobilisation face au sida est tôt érigée en modèle. Imprégnée par un nationalisme et une bienfaisance étatique, la politique d’accès aux médicaments antirétroviraux a été rendue possible par le soutien de l’industrie pharmaceutique, de la recherche biomédicale américaine et des fondations philanthropiques convergeant vers un pays qui offrait des opportunités et des garanties pour l’intervention biomédicale sur le sida.

Prendre soin de sa population analyse l’accès aux médicaments et l’organisation des soins au croisement entre les impératifs de santé publique, des priorités scientifiques et des enjeux de définition de l’État et de la citoyenneté dans l’Afrique contemporaine. Tout en octroyant une place centrale à la prise en charge biomédicale et aux essais cliniques, la politique de santé publique mobilise l’imagination nationale et redéfinit la population sous une forme restrictive en garantissant aux citoyens des droits qui sont refusés aux étrangers.

Compte-rendu de lecture par Oscar Desjonqueres sur Lectures.revues.org.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.