Soutenance de thèse de Carolina De Rosis

Carolina De Rosis (EHESS-IMAF) soutiendra sa thèse en anthropologie sociale intitulée :

“Exercices et constructions du pouvoir aux marges de la cité : la participation des femmes à la lutte contre le VIH/sida en Éthiopie, entre marginalité et mobilité sociale”

sous la direction de Jean-Pierre Dozon.

La soutenance aura lieu le mercredi 18 octobre à 14h, à l’EHESS, salle A07_51, 54 bd Raspail, 75006 Paris

Le jury est ainsi composé :
Laetitia Atlani-Duault, DR IRD – prérapporteur
Jean-Pierre Dozon, DE EHESS
Eloi Ficquet, MC EHESS
Sandrine Musso, MC Université Aix-Marseille
Laurent Vidal, DR IRD – prérapporteur

Résumé :

Une épidémie généralisée de VIH/sida est attestée en Éthiopie dès le début des années 1990. Répartie de façon très hétérogène d’une région à l’autre du pays, l’épidémie est restée essentiellement concentrée dans les villes où le taux de séroprévalence est à son maximum parmi les jeunes femmes adultes. Diverses formes de privation économique et sociale se produisent au sein de la population urbaine et plus particulièrement parmi les femmes en lien avec une mobilité géographique interne à dominante féminine et une instabilité conjugale très marquée. En s’appuyant sur les données recueillies au cours d’enquêtes ethnographiques réalisées en Éthiopie entre 2007 et 2010, cette thèse se propose d’étudier l’impact que les politiques d’accès aux médicaments contre le VIH/sida (ARV) ont eu sur la représentation sociale de la pauvreté féminine dans la société éthiopienne tant par le développement de diverses formes de solidarité parmi des citoyens les plus marginalisés que par la facilitation de leur accès à diverses ressources matérielles et symboliques. Mises en place grâce au développement de partenariats du gouvernement éthiopien avec des organisations d’aide multilatérale, des pays engagés dans la coopération bilatérale, et des instances globales de la santé, ces politiques d’accès aux soins se sont de fait progressivement inscrites à différents titres dans le champ de la lutte contre la pauvreté. Elles ont plus particulièrement facilité la prise en charge globale de femmes séropositives au sein de la population considérée pauvre sur la base de leur condition médicale alors que le ciblage de cette population est imparfaitement atteint par les politiques de réduction de la pauvreté. Dès lors des femmes malades socialement marginalisées ont pu accéder à de nouvelles expériences de citoyenneté en lien avec diverses formes de mobilité sociale engendrées par leur participation en tant qu’actrices profanes au fonctionnement des dispositifs sociosanitaires dévolus à l’endiguement de cette épidémie.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.