Soutenance de thèse de Chadia Boudarssa

Chadia Boudarssa soutiendra sa thèse de sociologie à l’université Paris VII Diderot (École doctorale Économies, espaces, sociétés, civilisation, pensée critique, politique et pratiques sociales, Laboratoire Changement social et politique).

Titre de la thèse :

Entre travail et engagement, les acteurs expatriés et nationaux de solidarité internationale au Maroc: volontaires, salariés, bénévoles et stagiaires. Le cosmopolitisme à l’épreuve ?

Sous la direction de Patrick Cingolani, Professeur de sociologie à l’université de Paris VII Diderot.

Résumé :

Dans cette enquête ethno-sociologique sur la solidarité internationale au Maroc auprès de 24 ONG (de nationalités française, espagnole, italienne, canadienne et marocaine), nous avons pris le parti de focaliser notre recherche sur les expatriés et le personnel national (de 9 nationalités différentes) en tenant compte du sens que donnent les acteurs à cet engagement et ces pratiques de solidarité internationale tout en restituant les parcours et les conditions sociales de l’entrée dans la solidarité internationale.
La première partie sera consacrée à la description du cadre d’intervention des ONG internationales au Maroc et les catégories objectives du personnel humanitaire : volontaire, stagiaire, bénévole et salarié. Puis, nous présenterons les processus de recrutement et les activités menées dans les ONG internationales tels qu’ils sont décrits par les acteurs. En définitive, nous questionnerons la tension entre travail et engagement, l’enchantement et le désenchantement.
Dans un deuxième temps, nous nous attacherons à décrire les caractéristiques sociologiques des 68 acteurs humanitaires rencontrés en mettant en exergue les déterminants objectifs et subjectifs de l’engagement et du travail dans ce domaine d’activité. Nous finirons par établir une typologie des pratiques de la solidarité internationale donnant à voir un éthos commun d’une communauté partageant des affinités et des expériences culturelles d’autre part nous envisagerons les acteurs de la solidarité internationale comme un groupe professionnel.
Enfin, la troisième section sera consacrée à questionner d’une part la pratique migratoire que constitue la mission de solidarité internationale et d’autre part les capitaux et pré-dispositions nécessaires pour la concrétiser. Nous montrerons que l’analyse du travail et de l’engagement via le cosmopolitisme permet de comprendre le sens à la fois objectif et subjectif que revêt ce type d’activité expatriée. Finalement, le travail en ONG est un moyen pour se réaliser et s’émanciper entre filiation et désaffiliation. Alors que cette action transnationale, orientée en valeurs et vers les autres, suppose une rencontre cosmopolite réussie, nous examinerons, à l’aune de la vie quotidienne, les décalages entre la rencontre attendue et la rencontre réalisée.

Le jury est composé de :

Johanna SIMÉANT, Professeure de sciences politiques, ENS (Présidente du jury)
Matthieu HÉLY, Professeur de sociologie, Université de Versailles Saint-Quentin-En-Yvelines (Rapporteur)
Maud SIMONET, chargée de recherches CNRS (sociologie), IDHES-Université Paris-Nanterre (Rapporteure)
Michel PÉRALDI, Directeur de recherches CNRS, rattaché au CADIS (CNRS-EHESS)
Patrick CINGOLANI, Professeur de sociologie, Université Paris VII Diderot (Directeur de thèse)

Lieu et date :

La soutenance se tiendra le 10 octobre 2017 à 9h30 à l’Université de Paris VII Diderot, salle 870 au 8e étage du bâtiment Olympe de Gouges, place Paul Ricoeur – 75013.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.