Soutenance de thèse de Clara Egger

Le 30 novembre 2016 Clara Egger (Laboratoire Pacte – Science Po Grenoble) soutiendra sa thèse de science politique intitulée :

Organisations néo-gouvernementales. Analyse des stratégies étatiques de contrôle des ONG humanitaires en zone de conflit (1989-2005)

Résumé :
Cette thèse porte sur le contrôle que les Etats exercent sur les ONG humanitaires. Ces dernières conservent parfois une grande marge de manoeuvre dans la mise en oeuvre de leur mandat, alors que, dans d’autres circonstances, elles agissent en sous-contractants de la politique étrangère de leur État d’origine. Nous cherchons à identifier les facteurs qui mènent les ONG plutôt dans une direction que dans l’autre, ainsi que la modalité de contrôle exercée par les États – coordination ou blanchiment – La thèse explique pourquoi, au sortir de la guerre froide, les Etats ont accru leur engagement dans l’action humanitaire, de façon unilatérale d’abord et multilatérale ensuite. Sur la base de l’étude du cas de la politique humanitaire internationale entre 1989 et 2005, l’analyse révèle un processus causal constitué de cinq séquences, qui explique comment les Etats ont recours à un agent quand leurs stratégies unilatérales sont infructueuses. Nos résultats attestent du caractère stratégique du financement de l’action humanitaire pour les Etats, conditionné par les préférences géographiques et politiques de ces derniers. Financer l’action humanitaire permet de soutenir les anciennes colonies, d’appuyer la lutte contre le terrorisme et les interventions militaires des pays donateurs. Les financements étatiques bénéficient aux ONG les plus dépendantes de leurs Etats d’origine. Les organisations nongouvernementales deviennent des organisations néo-gouvernementales. Celles-ci connaissent un rejet plus fort de leur présence en zone de conflit par rapport aux ONG qui refusent de recourir aux fonds publics. Face à l’échec de leurs stratégies de contrôle unilatéral, les Etats interventionnistes européens délèguent la gestion de la politique humanitaire à un agent, ECHO, dont le mandat est de rendre moins visible la tutelle étatique les ONG.Cette situation engendre des problèmes d’agences multiples : l’agent dérape en raison de sa forte perméabilité à ses sous-contractants. En réaction, les Etats renforcent les dispositifs de contrôle sur leur agent. Au final, la politique humanitaire se construit sur un équilibre fragile dans lequel chaque État tend naturellement à la contrôler tout en sachant qu’un contrôle trop visible priverait cette politique de l’efficacité qui lui est propre, et qui tient, précisément à sa neutralité.

Composition du jury :

M. YVES SCHEMEIL, Sciences Po Grenoble, Directeur de thèse
Mme Sabine SAURUGGER, Sciences Po Grenoble, Examinateur
Mme Delphine ALLES, Université Paris-est Créteil, Examinateur
M. Louis BELANGER, Institut des Hautes Etudes Internationales, Université Laval, Examinateur
M. Dennis DIJKZEUL, Institute for International Law of Peace and Armed Conflict (IFHV) Ruhr University Bochum (RUB), Examinateur
M. Simon HUG, Université de Genève, Rapporteur
M. Bob REINALDA, Université Radboud, Nimègue, Rapporteur


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.