11 et 12 nov. 2017 – JE « Enquêter sur la bienfaisance » -MMSH Aix-en-Provence

Laura Ruiz de Elvira (IRD/CEPED) et Sahar Aurore Saeidnia (Gerda Henkel-IREMAM / IRIS) organisent une journée d’étude intitulée

Enquêter sur la bienfaisance. Approches comparatives des pratiques du bien

Les 11 & 12 décembre 2017, à la MMSH (Maison méditerranéenne des sciences de l’homme), 5 Rue Château de l’Horloge, 13090 Aix-en-Provence.

Argumentaire

Depuis plus de trente ans, la bienfaisance connaît un regain à l’échelle mondiale et apparaît comme une éthique et un registre d’action investis par un nombre croissant d’acteurs revendiquant œuvrer pour le « bien » des « pauvres », des « faibles », des « indigents », des « dépendants » ou encore des « populations des pays en développement ». D’une part, dans un contexte mondial de redéfinition des modalités de protection sociale, ceux qui se présentent comme des bienfaiteurs sont de plus en plus nombreux à prendre en charge la question sociale, à produire – voire à mettre en concurrence – différentes définitions des ayant-droits, et ce tant à l’échelle micro-locale qu’internationale. D’autre part, s’inscrivant dans des histoires sociales et religieuses plurielles, les pratiques du bien adoptent des formes organisationnelles diverses (plus ou moins institutionnalisées) et sont investies par de multiples acteurs (des associations humanitaires et de développement aux institutions publiques, en passant par des institutions religieuses, des fondations privées ou encore de simples citoyens). Cette pluralité nous invite à repenser la pertinence des catégories analytiques savantes qui classent les différentes pratiques du bien selon des typologies distinguant par exemple bienfaisance, charité, humanitarisme et philanthropie. Elle appelle également à interroger la variabilité des registres et pratiques du bien, mais aussi la multiplicité des langues de la bienfaisance et de leur inscription dans le champ de l’aide sociale.

Cette journée d’études entend réunir des chercheurs qui analysent la bienfaisance et les pratiques du bien dans une perspective relationnelle et dans leurs articulations avec la question sociale. En ce sens, sociologiser la bienfaisance implique d’abord de l’appréhender de manière située, en s’intéressant aux pratiques et aux discours des acteurs qui l’investissent, dans leurs articulations avec d’autres registres de légitimation, et en lien avec les régimes de protection et solidarité sociale tels qu’ils se déclinent dans les contextes étudiés. Dans cette perspective, nous proposons de prendre en compte dans l’analyse l’ensemble des acteurs – sans en fixer a priori les rôles – et des répertoires mobilisés. Ensuite, l’enjeu de cette journée d’étude sera d’élaborer collectivement, dans une approche interdisciplinaire et comparative, un état des lieux des travaux qui portent sur la bienfaisance dans différents contextes socio-culturels et politiques, dans « les Suds » comme dans les pays du « Nord ».

Programme :

Lundi 11 décembre 2017

9h – 9h30 : Introduction et présentation des deux journées

Laura Ruiz de Elvira (IRD/CEPED) & Sahar Aurore Saeidnia (Gerda Henkel-IREMAM / IRIS-EHESS)

9h30 – 12h30 : Axe 1. ‑ Les mots, les représentations et les contours des pratiques du bien

Anne Monier (EHESS/ENS) : « Faire le bien » à l’international ? Le manque de légitimité des Amis Américains des institutions culturelles françaises.

Lucas Faure (IEP Aix-en-Provence/CHERPA) : L’agir « ici » et « là-bas », l’action du Secours Islamique France comme redéfinition des catégories de l’agir social et humanitaire ?

Jobert Nathan (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne/CESSP) : L’atténuation des motifs d’engagement confessionnel au sein des œuvres d’Eglise de l’humanitaire catholique.

Sylvain Bordiec (Université de Bordeaux/LACES) : Enquête sur l’aide alimentaire. Sur les complicités entre forces de « bienfaisance » dans un territoire rural.

Discutante : Myriam Catusse (CNRS/IREMAM)

12h30 – 13h30 : Déjeuner à la MMSH

13h30 – 17h30 : Axe 2. ‑ Acteurs, pratiques et logiques relationnelles des mondes de la bienfaisance

Leila Drif (EHESS/ IRIS) : La fabrique sociale de l’hospitalité publique envers les réfugiés syriens au Liban, Engagements associatifs et économies relationnelles de l’aide.

Sabine Dini (Université Paris 13/CERAL) : La bienfaisance au prisme du paradigme anthropologique du don : ethnographie de la production des rapports sociaux au sein d’un camp de réfugiés.

Erwin Flaureau (EHESS/CMH) : Penser la relation d’assistance : Transactions morales, ressources et ajustements autour de la pratique bénévole de la maraude.

Pierre Monforte et Estelle D’Halluin (Leicester University & Université de Nantes/Collectif de recherche EFAA) : « They could be us ». Acteurs et logiques d’engagement contemporaines dans les pratiques de bienfaisance auprès des demandeurs d’asile en Angleterre.

AnnaLaura Turiano (Université Aix-Marseille/IREMAM) : Tahsîn al-sihha : 20 ans d’activité d’une association philanthropique féminine égyptienne vue à travers la presse (1953-1972).

Ester Sigillo (SNS Pisa) : Mobilizing for development. Trajectories of the Islamic charitable sector in post-authoritarian Tunisia.

Discutante : Elise Massicard (CNRS/CERI)

Mardi 12 décembre 2017

9h – 12h45 : Axe 3 – Inscrire la bienfaisance dans le champ de l’aide sociale et de l’action publique

Antoine Perrier (Science Po Paris/CHSP) : Les Habous ou la souveraineté du bien. L’Etat et l’administration de la charité publique au sein de la monarchie musulmane (Maroc, premier XXe siècle).

Michaël Girardin (Université de Lorraine/CRULH) : Charité et loi. Les enjeux sociaux de la charité obligatoire en Judée romaine (Ier siècle av. J.-C. – IVe siècle apr. J.-C.).

Leila Koochakzadeh (Université de Montréal) : La création d’écoles comme acte de bienfaisance en Iran

Aisling Healy (Université de Saint-Etienne/Triangle) : Philanthropie et renouvellement urbain. Heinz aux côtés des quartiers défavorisés de Pittsburgh (années 1980-2016) ?

Agnès Aubry (Université de Lausanne/IEPHI/CRAPUL) : Institutionnalisation des pratiques de la bienfaisance et ethnicisation des rapports sociaux dans une association caritative et humanitaire de Suisse romande

Discutante : Blandine Destremau (CNRS, EHESS/IRIS)

12h45 – 13h00 : Conclusion des journées : Laura Ruiz de Elvira (Chargée de recherche IRD / CEPED & Sahar Aurore Saeidnia (Postdoctorante Gerda Henkel – IREMAM / Chercheure associée à l’IRIS- EHESS)

13h00 – 14h00 : Déjeuner à la MMSH

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *