Parution : Anthropologie & développement n°45

Le n° 45 d’Anthropologie & développement (2016/2) vient de sortir, avec quelques mois de retard.

Sommaire

Regards sur l’action publique en Afrique. Introduction (Philippe Lavigne Delville)

Looking at Public Policy in Africa. Introduction (Philippe Lavigne Delville)

Pour une socio-anthropologie de l’action publique dans les pays
‘sous régime d’aide’ (Philippe Lavigne Delville)

La fabrique pragmatique des politiques publiques (Philippe Zittoun)

Coproduction de la sécurité publique dans le Nord-Bénin. Le rôle
des associations de chasseurs dans la lutte contre les coupeurs de
route (Issifou Abou Moumouni)

L’intégration et la mise en œuvre des principes marchands dans le secteur de l’eau en milieu rural et semi-urbain béninois. Une analyse des réformes et des pratiques (Héloïse Valette, Fabrice Gangneron, Alain Bonnassieu)

Les numéros précédents sont en ligne : http://anthropodev.revues.org/

AAC JE « Enquêter sur la bienfaisance. »

Lancement d’un appel à communication pour une journée d’étude intitulée « Enquêter sur la bienfaisance. Approches comparatives des pratiques du bien », qui se tiendra à la MMSH d’Aix-en-Provence, les 11 et 12 décembre 2017.

Les organisatrices sont :

  •  Laura Ruiz de Elvira (ERC WAFAW / IREMAM ; ruiz@mmsh.univ-aix.fr)
  •  Sahar Aurore Saeidnia (EHESS / IRIS ; s.saeidnia@gmail.com)

Depuis plus de trente ans, la bienfaisance connaît un regain à l’échelle mondiale et apparaît comme une éthique et un registre d’action investis par un nombre croissant d’acteurs revendiquant œuvrer pour le « bien » des « pauvres », des « faibles », des « indigents », des « dépendants » ou encore des « populations des pays en développement ». D’une part, dans un contexte mondial de redéfinition des modalités de protection sociale, ceux qui se présentent comme des bienfaiteurs sont de plus en plus nombreux à prendre en charge la question sociale, à produire – voire à mettre en concurrence – différentes définitions des ayant-droits, et ce tant à l’échelle micro-locale qu’internationale. D’autre part, s’inscrivant dans des histoires sociales et religieuses plurielles, les pratiques du bien adoptent des formes organisationnelles diverses (plus ou moins institutionnalisées) et sont investies par de multiples acteurs (des associations humanitaires et de développement aux institutions publiques, en passant par des institutions religieuses, des fondations privées ou encore de simples citoyens). Cette pluralité nous invite à repenser la pertinence des catégories analytiques savantes qui classent les différentes pratiques du bien selon des typologies distinguant par exemple bienfaisance, charité, humanitarisme, aide sociale et philanthropie. Elle appelle également à interroger la variabilité des registres et pratiques du bien, mais aussi la multiplicité des langues de la bienfaisance et des classifications auxquels elles donnent
lieu. Continuer la lecture

Offre de post-doctorat sur le projet ARESMA (mangroves, Mayotte)

Dans le cadre du programme de recherche ARESMA sur les mangroves de Mayotte, est recherché un(e) post-doctorant(e) avec un profil bidisciplinaire. De préférence, le candidat devra démontrer des compétences en écologie d’un côté et en géographie, sociologie ou anthropologie de l’autre. Les missions proposées sont assez larges, elles seront adaptées au profil de la personne recrutée. Il s’agit d’un contrat d’au moins deux ans, débutant en janvier 2018 et basé au centre universitaire de Mayotte.

La date limite pour l’envoi du dossier de candidature est le 11
septembre.

Toutes les informations requises sont là.

L’annonce est postée par Esméralda Longépée (Responsable du département lettres et sciences humaines, Centre universitaire de formation et de recherche de Mayotte).