I. Guérin, La microfinance et ses dérives Emanciper, discipliner ou exploiter ?

Présentation éditeur :

Hier d’inspiration réformatrice, la micro-finance nourrit aujourd’hui une idéologie néolibérale, patriarcale et moraliste, portée par un capitalisme «social» et des économistes comme Esther Duflo. Les pauvres, et en premier lieu les femmes, sont perçus comme des entrepreneurs et consommateurs créatifs et responsables, ou des malades à soigner, impulsifs et irrationnels. Microcrédit, micro-épargne et éducation financière seraient des recettes miracles permettant l’épanouissement du potentiel entrepreneurial et l’émancipation par la consommation, ou la canalisation de tentations impulsives et la rationalisation des comportements.

Continuer la lecture